Projets soutenus

Créative

Le premier emploi financé par la Fondation du Dunkerquois Solidaire a été créé au sein du magasin solidaire le Grenier de Danièle situé à Coudekerque-Branche. Il s'agit d'un poste de facilitateur social, dont l'objectif est de repérer les personnes en situation d'isolement ou de précarité et de débloquer des situations individuelles avant qu'elles ne se compliquent et ne s'aggravent.

Le projet 

Vincent Rosselle, manager du Grenier de Danièle, a constaté que certaines personnes fréquentant le magasin avaient besoin d'être écoutées autour d'un thé ou d'un café, et orientées pour faire face à des problématiques de la vie quotidienne et parfois, à des problématiques sociales beaucoup plus lourdes. Il a donc eu l'idée de créer un poste de facilitateur de lien social

Grâce au soutien financier de la Fondation, Le Grenier de Danièle a recruté Aurélie Alderweireld, 37 ans. Elle intervient au sein du magasin dans un espace dédié avec pour objectif de rompre l'isolement social de ces personnes et de les orienter vers les structures et aides disponibles en fonction des problématiques rencontrées. Des ateliers vont également être proposés avec les acteurs du territoire (utilisation des transports en commun, gestion du budget...). 

 

39 rue du Général-Hoche
59210 Coudekerque-Branche

09 80 31 30 45

 

CRÉATION D'UN POSTE DE FACILITATRICE DE LIEN SOCIAL

Projet parrainé par Stéphanie Caron, Directrice du Club FACE Flandre Maritime

 

DÉCOUVREZ LE PROJET EN VIDÉO

 

Témoignage de Lydie Grangé, Présidente de l'association Créative

« Depuis quelques temps, je souhaitais recruter une personne pour faire du lien social au sein du Grenier de Danièle parce que je m'étais aperçue que beaucoup de nos visiteurs en situation de précarité venaient d'abord pour parler de leurs soucis et avaient surtout besoin d'une oreille attentive. Mais aussi parce que ce rôle avait été endossé par notre manager qui faisait cela en plus de son travail, un peu entre deux portes, sans pouvoir aller au bout des choses. C'est dans ce contexte que le Carrefour des Solidarités m'a invitée à participer à une réunion de présentation du projet de création de la Fondation du Dunkerquois Solidaire. J'ai tout de suite adhéré à ce projet que je trouvais audacieux, ambitieux et un peu hors-norme puisqu'il s'agissait de faire appel à la solidarité des gens comme vous et moi pour créer des emplois solidaires. Quand la Fondation a été créée, j'ai tout de suite proposé le poste de facilitatrice de lien social que je voulais créer au Grenier de Danièle. C'est ainsi qu'Aurélie a rejoint notre équipe il y a six mois. Et c'est un succès total. Nous avons créé un espace « thé ou café » dans lequel Aurélie peut écouter, en toute discrétion, les personnes qui en font la demande. C'est elle, ensuite, qui fait le lien avec les services sociaux. Elle suit le dossier du début à la fin afin de s'assurer que la personne a bien été prise en charge et qu'elle a obtenu les aides auxquelles elle pouvait prétendre. Son rôle est d'autant plus important que souvent, par honte, des personnes en situation de précarité n'osent pas entreprendre de démarches. Aurélie est d'autant plus à l'écoute qu'elle a elle-même vécu dans la précarité. Elle comprend donc parfaitement ce que peuvent ressentir les personnes qu'elle reçoit. Elle est devenue un maillon indispensable de notre équipe ».

 

Elle a trouvé un travail grâce à la Fondation : Aurélie Alderweireld, 37 ans, Dunkerque

« J'ai longtemps été vendeuse en téléphonie à Dunkerque. Mais lorsque je suis devenue mère de famille, les horaires ne me convenaient plus. J'ai donc quitté mon emploi dans l'espoir d'en trouver un autre sans horaires décalées. C'était en 2011. Hélas, je n'ai pas réussi à trouver un autre emploi stable et petit-à-petit, je me suis enfoncée dans la précarité. C'est en venant à la Banque Alimentaire gérée par Le grenier de Danièle à Coudekerque-Branche que j'ai vu l'annonce pour un poste de « facilitatrice de lien social ». C'était un temps plein, en journée, pas très loin de chez moi. Immédiatement, je suis retournée à mon appartement et j'ai imprimé un CV et une lettre de motivation. Deux jours après, j'étais reçue en entretien, puis très vite, j'ai su que j'étais prise pour un CDD d'un an renouvelable. J'ai commencé mon travail en novembre 2017. C'est un vrai bonheur pour moi. Je travaille au sein du magasin solidaire mais surtout, j'accueille les personnes en très grande précarité qui constituent l'essentiel de notre clientèle. Je les écoute, je les oriente vers les services sociaux qui peuvent les aider. Ayant moi-même connu la précarité, je comprends parfaitement ce qu'elles ressentent. Souvent, en partant, elles me remercient pour l'écoute, elles me disent que je leur ai remonté le moral. C'est une très grande satisfaction et une fierté pour moi ».

Bilan après 6 mois d'activité 

  • 78 personnes accueillies et orientées en fonction de leurs difficultés
  • Un réseau de prescripteurs et d'acteurs sociaux mobilisés
  • Des permanences organisées par les acteurs sociaux au plus près des publics